Gilbert Roux

Artiste peintre, créateur

Pont-Saint-Esprit Une dizaine d’artistes sont réunis au prieuré Saint-Pierre

Le maire Roger Castillon a lancé le vernissage de l’exposition avec le Fleuve et l’olivier. (© D.R)

« LE MIDI LIBRE » 19 juillet 2012. C’est un lieu idéal pour sublimer une exposition, un bel écrin. Le prieuré Saint-Pierre accueillait dernièrement le vernissage de l’installation d’art ‘Ombres et lumières’, autour de l’invité d’honneur, le peintre Gilbert Roux. Les tableaux magiques de cet artiste ornent l’abside. L’ombre est là, mais aussi la lumière, diffuse, évoquant les fonds marins et la nature dans tout son mystère. Sa série de gravures emporte le visiteur dans l’histoire de l’architecture humaine. Ce sont au total dix-huit artistes, issus de la région et de différents pays d’Europe, qui ont œuvré cette année avec tout leur cœur à cette exposition.

Roger Castillon, maire, a lancé officiellement le vernissage de la manifestation organisée par le Fleuve et l’olivier, en partenariat avec la Ville : « Ce lieu symbolique se prête à cette exposition variée où se mélangent les arts ». Puis, il cédait la parole à Dominique Casier, fondatrice et vice-présidente de l’association spiripontaine : « Ici, nous sommes au croisement de quatre régions, le Gard rhodanien, le Haut Vaucluse, la Basse Ardèche et la Drôme ». Ce sont quatre régions d’ombres et de lumières différentes. Force est d’ailleurs de constater que les amateurs d’art viennent de tous les continents. Pour preuve, le livre d’or de l’exposition présentée actuellement foisonne de commentaires rédigés en plusieurs langues.

Cette année, avec cette thématique, la littérature est comme un fil conducteur qui propose des œuvres aux couleurs chaudes et froides, claires, sombres, contrastées, dans des espaces vides ou pleins, dans un jeu permanent des lumières et des ombres. Une vidéo inédite et originale présente ce sujet à la fois artistique et philosophique, réalisée par Thibault Hanquiez. Par ailleurs, avec cette exposition, un hommage est rendu à l’artiste Constant, disparu brutalement il y a un an. On retrouve ainsi dans ce lieu, son paradis singulier, né de l’assemblage d’outils anciens.

Il est à noter que le Fleuve et l’olivier ouvrira très prochainement, grâce à ses nouveaux mécènes, une petite galerie associative rue Pierre-Tailland, dans le vieux centre-ville, où seront présentées les œuvres toute l’année.


Edité sous "Articles de presse" le : novembre 22nd, 2012 à 18 h 02 min.

Article précédent :