Gilbert Roux

Artiste peintre, créateur

Accueil


 Mars 2017, exposition à L’Isle sur Sorgue
  Gilbert Roux a un petit atelier d’artiste près de la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon, où il a toujours vécu.
« On peut même dire que j’y suis né, précise-t-il, Mon grand-père y était gardien. J’ai grandi près de la fontaine Saint-Jean (partie du cloître, où se trouve le dôme), côtoyant quotidiennement Luis Alvarez (peintre) et Mi­chel Aubrun (peintre, sculpteur, créateur de bijoux). Ces deux artistes ont certainement eu une grande influence sur moi, car j’ai très tôt pratiqué le dessin et la peinture.»
Pour gagner sa vie, Gilbert se spécialise dans la restauration de monuments historiques, dans la région (le château du roi René à Tarascon, l’église Sainte-Madeleine à Martigues…).
II y apprend, entre autres, les ficelles du métier de peintre, s’adonne à sa passion dans ses temps libres, commence à exposer à la galerie Art Sud à Avignon et adhère à l’association des Artistes peintres villeneuvois (aujourd’hui dissoute).
  Le travail de Gilbert, à travers une centaine de toiles et dessins, est une œuvre silencieuse et discrète, à l’image de son créateur. C’est une œuvre pleinement maîtrisée, quels que soient les styles empruntés au cours des années, tendant tous vers l’abstraction et s’appuyant sur des formes végétales, rappelant la nature farouche de la Provence.
Le trait est vivant, les fluides circulent, communiquant leur force de vie. La peinture à l’huile flirte avec des lasures, des fusains, du brou de noix, donnant des textures épaisses parfois proches des marbres. Les voiles libèrent une lumière douce, rappelant étonnamment parfois des atmosphères bretonnes.

Tout est suggéré, pudique, contenu et d’une grande force spirituelle.

  Gilbert Roux a exposé dernièrement avec Jean-Pierre Gras, à l’espace de l’Oratoire, à Villeneuve. Il a savouré humblement les échos positifs, soulevés par cette exposition. En attendant que Gilbert ait une plus grande reconnaissance de son travail, à sa juste valeur. Avis aux galeristes.
Extrait du quotidien « La Provence » janvier 2010